• La Fontaine des Haudriettes

     

    Image001.jpg

     

    A l'angle de la rue des Archives et de la rue des Haudriettes, dans le quartier du Marais, s'élève une fontaine aux lignes sobres, de plan trapézoïdal, rare exemple encore debout de fontaine néoclassique dans Paris.

     

    Nombre de ces fontaines, au décor fondé sur une imitation d’œuvres antiques, ne résistèrent pas aux grands travaux entrepris par Haussmann et celles qui demeurent ont généralement été déplacées. Je pense, entre autres, à la fontaine de Léda que l'on admire, dans le jardin du Luxembourg, à l'arrière de la fontaine Médicis et à la fontaine du Palmier située sur la Place du Châtelet. Ayant prévu des articles sur le sujet, je ne développe pas davantage et je reviens à la fontaine des Haudriettes.

     

    Image002.jpg

     

    Ce bel édicule fut érigé en 1764 par l'architecte Pierre-Louis Moreau-Desproux (1727-1794), maître général des Bâtiments de la Ville de Paris, à l'initiative du prévôt des marchands, pour remplacer une Fontaine Neuve, bâtie en 1636.

     

    Image003.jpg

     

    L'argent des princes de Rohan-Soubise finança la construction du monument dont le décor fut confié au sculpteur Pierre-Philippe Mignot (1715-1770).

     

    Image004.jpg

     

    L'élégant bas-relief de Mignot décrit une naïade allongée parmi les roseaux et dont le bras gauche repose sur un vase d'où s'écoule une eau claire.

     

    Image005.jpg

     

    Image006.jpg

     

    Image007.jpg

     

    Esprit de l'eau qui venait originellement de Belleville et qui fut acheminée, après 1822, depuis le canal de l'Ourcq, vers le quartier du Marais.

     

    Image008.jpg

     

    Le mascaron de la fontaine, inscrite au titre des monuments historiques depuis le 24 mars 1925.

     

    Image009.jpg

     

    Plusieurs fontaines de Paris ont conservé de beaux mascarons « cracheurs » -ou censés l'être- en forme de tête de lion ou de créatures fantastiques.

     

    Image010.jpg

    Mascaron de la fontaine de Mars et Hygie, rue Saint-Dominique, dans le 7e arrondissement de Paris.

     

    Restaurée plusieurs fois et notamment en 1836, la fontaine des Haudriettes a été déplacée, en 1933, par l'ingénieur Louis-Clovis Heckly (1893-1975) pour favoriser la circulation des passants et bien qu'éloignée de plusieurs mètres de sa position initiale, elle rappelle l'emplacement d'un célèbre couvent, celui des Haudriettes dont l'histoire est peu conventionnelle.

     

    Le nom « Haudriettes » vient de Étienne Haudri (que l'on écrit aussi Haudry et Audry) qui était, selon les livres d'histoire, soit valet de chambre de Saint-Louis (1214-1270) soit maître drapier et grand panetier (officier gérant le service de bouche) de Philippe le Bel (1268-1314). On ne connaît pas précisément ses dates de naissance et de mort mais on sait qu'il se rendit en Palestine afin de participer à la Croisade et que lorsqu'il revint en France, il partit en pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle sans prévenir sa femme. Celle-ci, qui le crut mort, fonda dans sa maison une communauté religieuse pour les veuves pauvres et les pèlerins malades.

     

    Quand Haudri rentra chez lui, il fut désemparé par les transformations survenues dans sa demeure et s'adressa au pape afin de « récupérer sa maison ou sa femme » (!). Le pape choisit de rétablir son mariage si le couvent n'était pas démantelé.

     

    Il est dit aussi, dans plusieurs dictionnaires historiques, qu'Étienne Haudri, riche propriétaire, offrit ses terres à des religieuses qui le remercièrent en portant le nom d'Haudriettes.

     

    Image011.jpg

     

    La fontaine, photographiée en 1898 par Eugène Atget (1857-1927). On aperçoit un cadran solaire, disparu, au-dessus de la naïade de Mignot.

     

    Image012.jpg

     

    Naïade joliment décrite par le poète Philippe Dufour, auteur d'un ouvrage intitulé Poèmes Légendaires : l'amour, le glaive, le songe. Publié en 1897, ce recueil dédié à la mémoire de Leconte de Lisle et préfacé par José Maria de Heredia, célèbre les rues et les monuments de Paris.

     

     

    La fontaine occupe une place privilégiée à l'angle de la rue des Archives et de la rue des Haudriettes qui portait, au XIIIe siècle, le nom de l'un de ses habitants : Jehan-l'Huillier avant d'être appelée rue des Vieilles-Haudriettes, rue des Haudriettes et rue de l'Échelle du Temple car le Grand Prieur de l'Ordre du Temple y avait fait élever une échelle patibulaire. On ignore avec précision quand sont advenus les changements de noms mais on sait qu'en 1636, la rue s'appelait rue de la Fontaine et qu'en 1690, on lui avait redonné le nom de rue des Haudriettes.

     

    L'échelle patibulaire est un pilori, signe de Haute Justice, que l'on n'utilise pas pour mettre à mort, à la différence des fourches et des signes patibulaires.

     

    Quand il arrive que l'on croise un individu à la mine patibulaire, on ne pense pas forcément à l'origine du mot. Patibulaire vient de patibulum qui dérive lui-même de patere : « être ouvert ou exposé, s'étendre en surface ». Les fourches patibulaires ont été créées dans la Rome antique. Le condamné était attaché à un poteau de bois. Il avait la tête coincée dans une fourche et on le battait à mort à coup de verges.

     

    La fourche devint au fil du temps une potence constituée d'une traverse de bois reposant sur deux piliers.

     

    En France, le sinistre gibet de Montfaucon était constitué d'un ensemble de fourches patibulaires (ou colonnes de justice) apparues au début du XIIIe siècle.

     

    Image013.jpg

    Joseph Thierry (1812-1866), Chevauchée de Faust et de Méphistophélès devant le gibet de Montfaucon, vers 1866. Vous apprécierez le sublime ciel de tempête et l'atmosphère fantomatique, glaçante des lieux avec la touche de rouge, comme une morsure sur la toile.

     

     

    Le signe patibulaire est un carcan (collier métallique fixé à un poteau ou à un mur), signe de Haute Justice, utilisé pour humilier et non pour mettre à mort, à l'instar de l'échelle patibulaire.

     

    Pendant la minorité de Louis XIV, l'Échelle de Justice du Temple fut brûlée par de jeunes seigneurs appelés les petits maîtres. Elle fut aussitôt rétablie mais comme elle empiétait sur la rue, elle fut diminuée en 1667.

     

    Dans le tome 5 de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, au chapitre intitulé « Échelle », il est écrit :

     « On confond quelquefois l’échelle avec la potence ou gibet, parce que les criminels y montent par une échelle : mais ici il s’agit des échelles qui servent seulement pour les peines non capitales ; au lieu que la potence ou gibet, et les fourches patibulaires, servent pour les exécutions à mort. »

     

    Image014.jpg

     

    A Paris et dans les villes d'Île de France, on utilisait peu le mot « pilori » car on lui préférait le mot « échelle » d'où l'existence de certaines « rues de l'Échelle » qui conservent le souvenir de ces peines d'humiliation publique. Il existe toujours une rue de l'Échelle entre la rue de Rivoli et l'avenue de l'Opéra. Son nom lui vient de l'échelle patibulaire des évêques qui se dressait là.

     

    Outre l'Échelle de Justice du Temple et celle des évêques située près de l'Opéra, on trouvait une échelle patibulaire sur le parvis de Notre-Dame -administrée par le Chapitre de la cathédrale- et une échelle sur le Port Saint-Landry, l'ancien port principal de Paris situé dans l'Île de la Cité.

     

    Image015.jpg

     

    Désormais, nos regards se posent sur la naïade de Mignot et le souvenir de l'Échelle du Temple semble se diluer dans le temps.

     

    Sculpteur apprécié de ses contemporains, Pierre-Philippe Mignot n'a pas eu toute la renommée qu'il méritait. Élève des maîtres François-Antoine Vassé (1681-1736) et Jean-Baptiste Lemoyne (1704-1778), il remporta, à l'Académie Royale, le deuxième prix de sculpture en 1738 et le premier prix en 1740. Il fut également lauréat du prix de Rome et pensionnaire de la Villa Médicis entre juin 1742 et novembre 1743.

     

    Après son retour d'Italie, il fut agréé à l'Académie royale en 1747 mais il ne put accéder au titre prestigieux d'Académicien.

     

    Ses œuvres les plus célèbres sont la naïade de la fontaine des Haudriettes et une Vénus ou Bacchante endormie, appelée aussi La Belle endormie, datant de 1747 et reproduite en 1761, aujourd'hui conservée au City Museum and Art Gallery de Birmingham, en Angleterre.

     

    Image016.jpg

    La Belle endormie

     

    Image017.jpg

     

    A quelques mètres de la fontaine, un restaurant appelé Le Connétable possède encore de vieilles grilles surmontées de pommes de pin autrefois dorées. Ces grilles, imposées par édit royal dans un but de protection des lieux, évoquent la présence ancienne d'un commerce de vin. Vous avez aussi sûrement remarqué la boutique de Liqueurs et de Vin sur la photo prise par Atget en 1898. Dans le quartier, eau et vin ont apparemment toujours fait bon ménage !

     

    Image018.jpg

     

    Après cette promenade dans le temps, je m'éclipse en vous donnant rendez-vous dans quelques jours pour « explorer » les charmes et les ambivalences de la peinture contemporaine qui décore le vieux mur situé derrière la fontaine. En attendant de vous retrouver, je vous remercie de votre fidélité. Gros bisous !

     

    Bibliographie

     

    Stanislas Lami : Dictionnaire des sculpteurs de l'école française au dix-huitième siècle. Paris : Honoré Champion, 1911.

     

    Félix et Louis Lazare : Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments. Paris, 1844.

     

    Jean de La Tynna : Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, 1812.

     

    Gustave Pessard : Nouveau Dictionnaire Historique de Paris, 1904

    Plume

    « Shakespeare and CompanyBienvenue au Coq de Feu ! »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    46
    Lundi 30 Janvier à 21:12

    Quel merveilleux article!! si riche en documentation , si inspiré! J'ai appris plein de choses et me voilà prête à affronter cette nouvelle année du coq avec de nouvelles visions! smile J'espère qu'elle sera pour nous tous une belle et enrichissante année, pleine de jolies surprises et belles découvertes, d'amitié et de réconfort! Je te fais de très gros bisous ainsi qu'à Christophe et la famille chat vous envoie une myriade de ronrons affectueux et calins! Mes parents aussi (je viens d'y passer le we) t'envoie toute leur amitié!!!! gros bisous ma douce

    45
    Samedi 28 Janvier à 19:11

    Coucou ma Cendrine, qui croirait que cette monumentale fontaine sobre et classique a une telle histoire, grand merci à toi pour cet excellent billet qui nous  permet de la connaître... Je trouve la naïade très belle et il faut rendre hommage au sculpteur Pierre Philippe Mignot auteur de ce bas relief. J'ai une affection particulière pour les fontaines en général, dispensatrices de cet élément vital pour nous, l'eau... Jl me semble que ton énergie revient, cela se sent à travers tes écrits et cela me fait vraiment très plaisir, tu me diras si je me trompe ! Je voulais te remercier aussi pour tes visites et les adorables petits mots déposés, tu sais combien je les apprécie, surtout quand le moral a tendance à baisser comme cela m'arrive encore... Surtout quand le froid sévit, je déteste ! Je te souhaite un très bon dimanche, prends bien soin de toi surtout ! Demain, nous allons patienter dans le jardin pour compter nos visiteurs ailés, j'espère qu'ils seront aussi nombreux que ces jours derniers... Je t'embrasse bien affectueusement chère Cendrine, à bientôt, Shuki

    44
    Samedi 28 Janvier à 14:48

    Bonjour Cendrine,

    Je suis à la maison un samedi, ça me fait tout bizarre, mes 3 filles sont à Rambouillet, mon fils Yoni travaille à Montmartre et mon autre fils, Samuel, est à l'anniversaire d'une copine. Je n'ai pas l'habitude d'être seule, vivement ce soir.

    J'espère que tu passes un bon samedi de ton côté et que tu ne souffres pas trop. 
    Je t'embrasse bien fort, je pense à toi, Véronique

     

    43
    Samedi 28 Janvier à 10:32

    la création du jour

    Bonjour Cendrine, mes mains me font toujours souffrir 

    Gros bisous

    42
    Samedi 28 Janvier à 09:55

    merci pour le tigre et le dragon! superbe , ça me motive pour mes tableaux même si pour le moment je brode peu car trop de tracas et d'administratif ... toujours aucune nouvelle de l'avis du juge pour l'état de la maison ....

    je te souhaite un doux we , là j'ai du ménage a faire le grand chien est parti , aspirateur et serpillère au programme

    et lire au coin du feu car il fait gris morose et froid pour janvier qui prend fin ... deja un mois de passé ... le temps passe vite

     gros bisous Photo

    41
    Vendredi 27 Janvier à 16:11

    Bonjour

     oui j'aime aussi les images dans comms mais j'ai parfois eu des remarques car j'en met ... d'autres n'aime pas ça ...

    c'est pour ça que je suis sur g+ pas de blabla mais plein d'image et de photos :)

    ici ciel devenu gris mais température positive! ....et il annonce +10° pour ce we! va faire chaud! loll

    gros bisous et bonne fin d'après midi Photo

     

    40
    Vendredi 27 Janvier à 12:54

    Bonjour Cendrine,

    Je viens prendre de tes nouvelles. J'espère que tu t'es bien remise de tes dernières crises. Oui ça serait bien qu'au mois de février on puisse enfin voir ce qui ne va pas et te soulager !! je croise les doigts, mais bon fin février c'est loin encore pfffff !!

    Je vais un peu mieux, je ne ressemble plus à un hamster lol mais bon j'ai encore mal, surtout quand je baille.

    Passe une bonne journée, prends soin de toi, grosses bises, Véronique

     Résultat d’images pour Peintures de Paris neige et Noêl

    39
    Vendredi 27 Janvier à 10:27
    38
    Jeudi 26 Janvier à 22:30

    Je passe dans le charme des rues de Paris, je te laisse un bisou déposé sur ton blog avec beaucoup d'amitié :)

    douce nuit pour toi

    Angie

    37
    Jeudi 26 Janvier à 21:00

    Coucou ma Cendrine, merci pour ta belle âme et tes messages toujours plein de gentillesse.

    Je passe entre deux flocons pour te souhaiter une douce soirée et une bonne nuit pour après.
    Et oui chez moi il neige encore et encore.
    En espérant que tout va bien par chez toi et que tu vas profiter un doux week end, qui sera vite là.
    Tu préfères une infusion ou un grog ? lol ! Je te laisse un petit nounours en chocolat pour accompagner le tout.
    Bonne journée de vendredi et bon week end. A lundi. Prends soin de toi.
    Lolli

    36
    Jeudi 26 Janvier à 11:24

    coucou avec le retour du ciel clair et là il gèle ....

    bon vivement l'été loll mais quand il n'y a pas de boue pour sortir les chiens c'est bien!

     voici toujours Adi dans le divan ...une chien de chien loll

    bisous et a demain

    35
    Jeudi 26 Janvier à 10:34

    la création du jour

    Bonjour Cendrine, merci de m'avoir donné de tes nouvelles.

    Gros bisous

    34
    Mercredi 25 Janvier à 09:30
    33
    Mercredi 25 Janvier à 08:53

    Bonjour Cendrine,

    Je viens prendre de tes nouvelles. Moi bof, aucun changement depuis hier, mais je souffre beaucoup. Je suis au régime soupes de légumes, purées et oeufs ! ça passe tout seul, j'évite les aliments durs car j'ai mal aussi à la gorge. 

    Bon assez parlé de moi, j'attends de tes nouvelles. Passe une bonne journée, grosses bises, Véronique

     

    32
    Mardi 24 Janvier à 19:29

    Coucou ma Cendrine merci pour ta journée du câlin samedi, hi hi !

    Une imposante fontaine et superbe naïade. Pas gelé la fontaine ?

    Enfin je me pose ce soir et ça fait trop du bien lol !
    J'espère que tu vas bien depuis la semaine dernière, et oui ça passe vite.
    Merci en tout cas pour ta fidélité sans fausse note hi hi !
    Il fait froid ça ne change pas et la neige ici est gelée.
    J'espère que tout vas bien par chez toi.
    J'ai fait un bon pot-au-feu pour ce soir, je t'invite.
    Bonne soirée et nuit plus tard. Prends soin de toi. Bisous.
    Lolli

    31
    Mardi 24 Janvier à 18:47
    Véronique S.

    Cendrine , mon Amie ,

    Je te lis et tu me transportes dans ce vieux Paris que tu sais si bien nous conter .

    J'ai participé , il y a bien des années , à la reconstruction historique de ma ville ,détruite à 80% par la grande guerre . Un livre a été édité . J'ai pris un plaisir immense à me plonger dans les archives de la ville , à me rendre chez les personnes les plus âgées pour recueillir leurs souvenirs , les vieilles photos . J'ai tant appris , tant découvert . Et lorsque je me promène dans les rues de cette ville qui m'a vue naître , il s'agit de Béthune , et qui a bien changé depuis sa reconstruction , je ne peux que me transporter en ces temps où la vie était certes différente mais l'on y ressent toujours l'âme de celles et ceux qui ont parcouru les rues dont le tracé est encore visible . Et puis, il y a le beffroi qui trône fièrement au milieu de la grand Place depuis le 14ème siècle , à lui seul, il nous conte l'histoire de la Cité de Buridan , ainsi est appelée ma ville . Il reste des temps troublés , une étoile en grès , sise sur la Place , elle indique l'emplacement où se trouvait , on une fourche patibulaire mais une roue de tortures . L'on ne peut rester indifférents à ces empreintes du passé .

    Je ressens tant de choses en te lisant .Merci pour cette ballade si joliment enrichie par ton savoir .

    Je t'embrasse de tout coeur .

    Que mes pensées t'accompagnent ma Petite Fée .http://histoires-enfants.net/wp-content/uploads/2008/07/fee-clochette.gif

     

    30
    Mardi 24 Janvier à 17:35

    Merci pour ce bel article (j'apprends tant de choses!). Je me suis beaucoup attardée sur les différentes sortes de supplices (sordide!)

    Bonne soirée. Bises.

    Jackie

     

    29
    Mardi 24 Janvier à 15:36

    un coucou rapide ici sous la neige fondante puis la pluie température positive pour le moment ciel gris .... on repatauge dans la boue pour sortir les chiens :)
     bisous

    28
    Mardi 24 Janvier à 10:30

    la création du jour

    Bonne journée Cendrine, gros bisous

    27
    Mardi 24 Janvier à 08:29
    Passionnante votre description de cette fontaine dans un quartier que j’ai habité il y a longtemps. Aucun souvenir de la fontaine… Ce tableau de Joseph Thierry, peintre que je ne connaissais pas, de l’époque de Delacroix, qui fut surtout décorateur de théâtre et même directeur de la Comédie Française, m’a intéressé : j’ai découvert ce fameux gibet de Montfaucon dont on parle souvent, et puis un beau peintre dans un style académique donnant à ce grand gibet blanc planté dans une grisaille tempétueuse un aspect macabre repoussant. Merci.
    26
    Mardi 24 Janvier à 03:02

    Bonjour Cendrine,

    Je suis de nouveau malade, diagnostic du médecin, les oreillons ! il manquait plus que ça ! J'ai mal quand j'avale, je suis gonflée de chaque côté, je ressemble à un hamster mdr ! je rigole mais ça fait mal.

    Pas de sortie pendant plusieurs jours, ça va être gai !! remarque je t'avoue que je n'ai pas trop envie de sortir. Je ne pensais pas que l'ont pouvait attraper les oreillons à mon âge. 

    Et toi comment vas tu ? Couvres toi bien si tu dois sortir ... Bonne journée, bises, Véronique

    25
    Lundi 23 Janvier à 12:35

    coucou ici un ciel gris de plomb , du coup il fait moins froid, même presque doux comparé aux autres jours ...

    ici Adi le vizsla ( braque hongrois) n'a pas encore compris que Picasso ne jouera pas avec lui .... il pleure devant le chat espérant le faire changer d'avis ....

    et Picasso le snob bien sur loll

    bisous bonne semaine et a demain

    voici Adi

    24
    Lundi 23 Janvier à 10:22

    la création du jour

    Bonjour Cendrine, je suis contente que les peintures d'aujourd'hui t'aient plu..

    Bonne journée, gros bisous

    23
    Dimanche 22 Janvier à 21:16

    Une rue , un quartier que je connais bien, une naïade que ne n'avais réellement pas remarquée, comme quoi ton oeil de lynx m'est indispensable!

     

    22
    Dimanche 22 Janvier à 19:00

    Magnifique article chère Cendrine, comme toujours...

    Ce que j'adore en te lisant c'est qu'on apprend plein de choses. Tu es érudite et tu nous fais partager tout ton savoir, et ton sens de l'observation, c'est un bonheur...

    Du coup j'ose te poser la question... Peut être as tu la réponse, qui sait ?

    J'ai vu il y a un moment une petite chapelle, je crois que c'était en Normandie, qui était couverte de cadrans solaires... Une curiosité. Et je ne me souviens plus où, je ne trouve pas d'informations non plus. Est-ce que tu en as déjà entendu parler ?

    Très belle soirée et à tout bientôt

    Amitiés d'Isa Marie

    21
    Dimanche 22 Janvier à 17:41

    Je te souhaite une douce fin de we

    ici toujours ciel bleu , j''espère sec toute la semaine j'ai un chien de chasse a garder jusque vendredi :)

    bisous

    20
    Dimanche 22 Janvier à 12:35

    magnifiques photos Cendrine,il fait froid chez nous ,je te souhaite un très bon Dimanche,bises

    19
    Dimanche 22 Janvier à 10:57

    Bonjour Cendrine,

    Oui ça été très dur, tu sais encore aujourd'hui j'y pense et je t'avoue que je l'ai un peu trop gâté, mais bon c'est normal non ? 

    Je suis encore à Rambouillet, je prend le train de 13 heures pour mon retour sur Paris. Mon fils m'a appelé pour me dire qu'il n'y avait plus de chauffage, donc je vais rentrer dans un appartement gelé, j'ai froid d'avance. Nous vivons une période de grand froid et on n'avons plus de chauffage, c'est pas normal. J'espère que ça sera réparé demain, car c'est un coup a attrapé la mort. 

    Les oies de Bernache, les foulques macroules et les cygnes patinent sur les canaux du parc du Château à Rambouillet, combien vont mourir de froid, car c'est atroce de les voir, on les entend de loin, c'est horrible. 

    Une oie Bernache a attrapé par l'aile une petite foulque, elle ne voulait pas la lâcher, car elle lui avait "volé" un morceau de pain. Même chez les oiseaux, la faim et le froid font que la violence règne. 

    Passe un bon dimanche, prends soin de toi, je t'embrasse Véronique

    Résultat d’images pour Peintures de Paris en hiver

    18
    Dimanche 22 Janvier à 10:28

    Pas très joyeux ton post d'aujourd'hui ! Il avait pourtant commencé sous le signe de l'eau, source de vie. J'y ai appris. Au moins, je saurai pourquoi la rue des Haudriettes et la rue de l'Echelle, entre autre.

    Ce long billet m'indique, et je m'en réjouis, que tu vas mieux et cela me réjouit.

    Gros bisous et bon dimanche de promenade, peut-être !

    17
    Samedi 21 Janvier à 17:11

    je te souhaite une douce fin de journée

    le we a l'air de ce passé avec un ciel bleu ... tant mieux

     les jours s'allongent ...

    c'est bon pour le moral :)

    bisous et a demain

    16
    Samedi 21 Janvier à 15:53

    la création du jour

    Bonjour Cendrine, un petit coucou en revenant de faire un tour, il fait 15° cet après-midi.

    Bonne fin de journée, gros bisous

    15
    Samedi 21 Janvier à 09:44

    Belle fontaine - merci Cendrine pour toutes ces explications très intéressantes, à chaque tu me donnes envie d'aller me balader dans Paris malheureusement c'est terminé pour moi avec mon mari handicapé.

    gros bisous et bon week-end

    Lili

    14
    Samedi 21 Janvier à 09:02
    FéeLaure♥

    Un très bel article comme tu sais nous les faire sur cette magnifique fontaine et tous ses détails, tellement de belles choses à découvrir merci à toi

    Prends soin de toi, doux week end à vous deux

    Gros bisous

    13
    Vendredi 20 Janvier à 21:27

    On apprend encore pleins de choses qui sont exposées avec brio et clarté ... avec ma plume fée ça coule de source !

    bisous

    gérard

    12
    Vendredi 20 Janvier à 19:06
    Framboise à  Pornic

    la première fois que j'ai entendu parler de ces fourches patibulaires c'est au chateau de Kerjean dans le finistère, il reste encore les colonnes dans le jardin du chateau, cela m'avait impressionné de savoir qu'il y avait eu des hommes attachés et pendus et cet endroit ..

    un article encore tout plein d'intérêt , la fontaine est pourtant toute simple mais tu as su la mettre en valeur

    Merci et je te souhaite une bonne soirée

    11
    Vendredi 20 Janvier à 16:26

    Tu es très bien documentée au sujet de cette grande fontaine. C'est fort intéressant, on apprend tout sur elle.
    J'ai ce genre de grandes fontaines aussi à Amiens, il n'en reste plus que trois, mais impossible d'en apprendre sur elles. Il me faudrait aller aux archives et encore ... d'autres y sont allés avant moi, mais la guerre a détruit beaucoup de documents.

    Elles étaient monumentales, adossées à un grand bâtiment.

    J'espère que ta santé s'améliore, te laisse un peu de répit.

    Pour moi ce n'est pas trop la forme, fatigue, vertiges, soucis pour mon fils et en plus mon PC qui fait des siennes. Ne t'étonne donc pas si j'ai une petite "absence" sur le net, ce sera indépendant de ma volonté.

    Bon courage à toi et gros bisous

     

    10
    Vendredi 20 Janvier à 15:31

    superbe! Paris est vraiment la plus belle ville! et chez vous c'est entretenu! l'architecture, les monuments ne sont pas laissés a tout vent ...

     tu sais j'ai rien reçu de France depuis fin décembre ...

     mais tu connais la dernière je commande du fil pour faire mes tableaux au Japon et je reçois l'enveloppe en 5 jours! et sans avis ni signature ni suivi ...une lettre normale ...

    courage et repose toi

     je te souhaite une douce fin de semaine

     gros bisous

    Claire fontaine

    Nérée Beauchemin

    Claire fontaine où rossignole
    Un rossignol jamais lassé,
    N’es-tu pas le charmant symbole
    D’un cher passé ?

    Source de fraîche mélodie,
    Qui fait fleurir, sous nos frimas,
    Ce rosier blanc de Normandie,
    Qui ne meurt pas !

    À ce bouton de rose blanche,
    L’hiver ne fut jamais fatal,
    Non plus qu’au chêne qui se penche
    Sur ton cristal.

    Oh ! c’est une peine immortelle
    Qui s’épanche, en larmes d’amour,
    Dans la naïve ritournelle
    De l’ancien jour.

    C’est un reflet des ciels de France,
    Ô fontaine, que tu fais voir,
    Dans la limpide transparence
    De ton miroir.

    9
    Vendredi 20 Janvier à 11:02

    la création du jour

    Bonjour Cendrine, ton article sur cette belle fontaine est si complet

    qu'il me faudra plusieurs jours pour lire et regarder toutes ces informations.

    Le soleil brille, il fait 6°.

    Bons baisers

    8
    Vendredi 20 Janvier à 09:07

    Bonjour Cendrine,

    Il va falloir que j'envisage un voyage à Paris avec ton blog en guise de guide !!!

    Merci pour ce partage ; je t'embrasse ^^

    7
    Vendredi 20 Janvier à 08:55

    Belle découverte pour moi. Merci pour ces explications extrêmement intéressantes au niveau des "échelles".

     

    Un jour, évoquerez-vous la fontaine qui se trouve devant la librairie dont vous nous avez parlé dans votre précédent article ?

     

    Belle journée à vous.

    Amitiés,

    Richard

    6
    Vendredi 20 Janvier à 01:44

    Bonjour Cendrine,

    Ah mais je connais cette fontaine, je passe devant avec mon bus 75 pratiquement tous les jours et tous les jours je me dis : "Faut que je la prenne en photo" ! tu as été plus rapide que moi. Je connais bien ce quartier et ma fille Yaël y travaille depuis le mois de juin. Par contre je ne connaissais pas son nom et son histoire, alors je ne peux qu'aimer ton article. 

    Ses macarons sont splendides et je ne savais pas qu'elle avait été déplacée. 

    Je te comprend Cendrine, mon fils Samuel a aussi eu une méningite; il avait tout juste 10 ans, nous étions à Plan de Cuques chez Eliane. Il a commencé à être malade dans le TGV, je pensais qu'il avait le mal des transports. Mais en arrivant à Marseille, il avait des absences et faisait des choses bizarres. A Peine arrivés chez Eliane et Jean-Luc nous sommes allés tout de suite à l'hôpital de la Timone. Eliane est restée chez elle pour garder ses deux fils Romain et Stephen et mon fils Yoni. En arrivant à l'hôpital le personnel soignant a tout de suite pris Samuel en charge (alors qu'à Paris faut d'abord remplir des tonnes de papiers et attendre) et je pense que c'est cette rapidité qui a sauvé mon fils. Il ne me reconnaissait plus et les infirmières l'ont tout de suite mis sous oxygène et dans un coma artificiel. On m'a apporté un fauteuil-banquette pour que je passe la nuit près de lui. Il était branché de partout, c'était impressionnant. Le médecin est venu me voir et m'a dit qu'il ne savait pas s'il serait encore en vie le matin. J'ai passé la nuit la plus horrible de ma vie. Je n'arrêtais pas de l'embrasser, de lui parler, je n'ai pas dormi de la nuit. Au matin son état était stable mais le médecin préférait le laisser encore dans le coma artificiel. Il est resté plus de 2 semaines à l'hôpital, le pauvre, lui qui voulait voir la mer. 

    J'ai passé mon séjour entre le domicile d'Eliane et de Jean-Luc et l'hôpital de la Timone. Je ne voyais mon autre fils Yoni que le soir. 

    Tu vois je garde de Marseille un goût amer ... Samuel a bien récupéré sauf deux jours avant sa sortie où il a fait une crise d'épilepsie, j'ai eu très peur. Le médecin m'a dit que c'était les séquelles de sa méningite et il lui a prescrit de la Dépakine. Aujourd'hui Samuel a 24 ans et il va très bien. Il passe des examens tous les ans, il continue la Dépakine, on a un peu baissé les doses, qui sait peut-être qu'un jour il n'en aura plus besoin. 

    Je te souhaite une bonne nuit, un bon vendredi, prends soin de toi, grosses bises, Véronique

    Paris, le carreau des Halles

    Résultat d’images pour Peintures fontaine des haudriettes Paris

    5
    Jeudi 19 Janvier à 23:28

    Bonsoir Cendrine, c'est toi c'est une heure de plus peut-être que tu es déjà endormie! je m'apprête aussi à aller dormir, mais je passe te souhaiter une douce nuit!

    tu as raison il y a tellement d'histoire interessantes dans l'Histoire, les unes plus tragiques d'autres plus belles comme la création de cette naiade! il faut remettre l'histoire à la mode pour qu'on apprenne à connaitre les lieux et à créer des liens affectueux avec eux, car on aime mieux si on connait mieux, je suis sure que tu es d'accord

    je ne connaissais pas le nom des "mascarons", c'est un nom qui represente bien l'objet qu'il represente!

    a bientôt chere Cendrine

    bisous,

    Angie

    4
    Jeudi 19 Janvier à 22:47

    Coucou ma Cendrine.

    Un magnifique billet, riche et complet comme tu sais les faire. Cette fontaine quoique sobre est imposante et sur le bas relief sa naïade est d'une finesse incroyable Le mascarons est également superbe. J'ai suivi tes explications et ce retour dans le passé avec beaucoup d'intérêt.

    Ce quartier du marais, je le connais bien, j'avais un fournisseur dont le siège social se trouvais rue Rambutteau. Dans ce quartier, nous avions organisés avec mes filles une visite du musée de la poupée créé en 1994. Je ne sais pas si tu le connais, mais c'est un lieu magique !

    Autrement, comment vas-tu ...? pas de nouvelles crises ????

    J'ai été heureuse de vos réactions concernant la réédition de mon erreur fatale, et j'ai été amusée de la réaction de certains blogueurs qui étaient tristes de ne pas retrouver leur feuilleton du matin !

    Alors en y réfléchissant, je suis sur une piste pour faire réapparaître MEG dans un autre polar sur lequel j'avais travaillé il y a quelques temps. Il est loin d'être finalisé mais je tiens l'intrigue

    Je vais te souhaiter une douce nuit ma p'tite Cendrine. De gros bisous. Une amicale pensée à ton Christophe.

    3
    Jeudi 19 Janvier à 20:05

    Bonsoir, chère Cendrine,

    Je me suis bien promené dans le grand Paris des mois durant en 1981 et 1985 , hélas, cela fait longtemps pour que je me souvienne si j'ai vu cette fantastique fontaine ou pas. Mais, maintenant, je l'ai vu, et je t'en remercie.

    Tu  te débrouille bien en photo ! Bravo !

    Portes-toi bien , en compagnie de ton époux que je salue au passage.

    Je t'embrasse,

    Tahar 

    2
    Jeudi 19 Janvier à 20:00

    Merci Cendrine encore pour cet article très interessant 

    Tous ces monuments chargés d' histoire qu'on ignore bien souvent  meritent bien un article pour mieux les regarder à l'occasion ..

    Je te fais un gros bisous 

     

     

    1
    Jeudi 19 Janvier à 19:57
    jill bill

    Bonsoir Cendrine, ah je la découvre, imposante... oui vu le marchand de vins et  liqueurs à côté de la fontaine, de quoi mettre de l'eau dans son vin, sourire... Eh oui avec le temps certains monuments ou bâtiments disons restent d'autres non... C'est la vie de la rue qui va... mais garder le plus possible le vieux patrimoine... merci à toi, douce soirée, bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :