• Shakespeare and Company

     

    Image001.jpg

     Au numéro 37 de la rue de la Bûcherie, à l'emplacement de l'ancien Port au Bois de Paris, les lecteurs compulsifs arpentent avec gourmandise les rayons d'une célèbre librairie.

     

    Image002.jpg

     

    Image003.jpg

     

    Image004.jpg

     Fondée, en 1919, par une américaine nommée Sylvia Beach (1887-1962) rue Dupuytren, dans le 6e arrondissement de Paris, elle fut déplacée, en 1921, au numéro 12, rue de l'Odéon.

     

    Image005.jpg

     Libraire au savoir cosmopolite, Sylvia Beach fut la compagne de l'éditrice et poétesse Adrienne Monnier (1892-1955), figure incontournable de la vie intellectuelle parisienne dans les premières décennies du XXe siècle.

     

    En 1922, elle publia, dans son intégralité, le roman Ulysse de l'écrivain irlandais James Joyce (1882-1941).

     

    Image006.jpg

    James Joyce et Sylvia Beach en 1921.

     

    Texte hautement controversé, Ulysse (Ulysses en anglais) fut interdit aux États-Unis jusqu'en 1931, en raison de son « caractère pornographique » mais Ernest Hemingway (1899-1961) le fit entrer en douce sur le sol américain.

     

    Fortement décrié par les censeurs, Ulysse a aussi divisé les milieux littéraires. Des auteurs comme H.G. Wells (1866-1946) et Virginia Woolf (1882-1941) le détestèrent, le qualifiant de « vulgaire », « innommable », « écœurant », « prétentieux » alors que pour le poète et romancier Valéry Larbaud (1881-1957), Ulysse était tout simplement « génial » et « brillant ».

     

    Ce roman attire mais peu de personnes s'aventurent à le lire jusqu'au bout. Pendant mes études littéraires à l'Université Michel de Montaigne à Bordeaux, je ne l'ai pas lu non plus en entier. Je croulais, comme mes camarades, sous les ouvrages à étudier... 3000 jusqu'à la Maîtrise alors je n'ai lu que les extraits polycopiés par nos professeurs. Quelques années plus tard, je m'y suis plongée, « intriguée » par les critiques virulentes qui lui étaient et lui sont toujours adressées par nombre de littéraires : « ouvrage atrocement chiant... », « œuvre pour malades mentaux », « monstre inqualifiable », « cloaque sexuel », « texte d'une vulgarité insupportable »... Mon opinion rejoint celle de Valéry Larbaud : Ulysse est incroyablement novateur et brillant !

     

    Le synopsis est le suivant : Joyce relate l'odyssée, pendant la journée du 16 juin 1904, de deux personnages dans la ville de Dublin : Leopold Bloom (Ulysse), un agent publicitaire aux « mœurs hasardeuses » et Stephen Dedalus (Télémaque), jeune intellectuel désireux de vouer son existence à l'art. Après s'être croisés, tout au long de la journée, ils se retrouvent le soir dans un bordel pour des moments crus, directs, puissamment explicites, ponctués de réflexions sur l'art, le temps qui passe, l'absurdité de certains moments de la vie et... Je ne dévoile évidemment pas la fin.

     

    Image007.jpg

    James Joyce avec Sylvia Beach et Adrienne Monnier, 1938, à l'intérieur de Shakespeare and Company.

     

    Le style de Joyce est comme un uppercut. Il nous plonge sans retenue dans le cerveau de ses personnages et nous précipite à travers les méandres de leurs pensées chaotiques. Libres de toute règle, les mots restituent la fureur de cette lave mentale qui s'enchevêtre avec les actions des corps et pour de nombreuses personnes, le résultat est tout bonnement incompréhensible. Pour d'autres, c'est le génie d'un des plus grands écrivains du XXe siècle qui s'exprime ainsi. Face à des opinions aussi violentes et tranchées, il faut s'armer de patience et lire les mille pages composant Ulysse, réécriture hallucinée de l'Odyssée tout en gardant l'esprit ouvert...

     

    Image008.jpg

    Marylin Monroe (1926-1962) plongée dans la lecture d'Ulysse.

     

    Le 2 février 1922, Sylvia Beach publia dans son intégralité cet ouvrage qui parut, entre mars 1918 et décembre 1920, sous forme de feuilleton dans le magazine américain The Little Review. Son amour de l'art et de la liberté d'expression ne fléchit jamais. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, elle dissimula des livres « interdits » et en 1941, elle refusa de commercer avec les Nazis ce qui lui valut de voir fermer sa librairie. Elle reçut de nombreux soutiens dont celui d'Ernest Hemingway mais son combat contre l'obscurantisme, l'insécurité dans laquelle elle se trouva et la mort de Joyce, ami très cher, en 1941 altérèrent, pendant de longues années, sa santé.

     

    Image009.jpg

    Sylvia Beach parmi ses livres, dans la partie personnelle de la boutique.

     

    Elle mourut en 1962 et, pour lui rendre hommage, le libraire américain George Whitman (1913-2011) rebaptisa « Shakespeare and Company » la librairie « Le Mistral » qu'il avait ouverte, en 1951, dans la rue de la Bûcherie. Le souvenir de la grande dame qu'était Sylvia Beach perdure donc à deux pas de la cathédrale Notre-Dame.

     

    Image010.jpg

    Sylvia Beach « croquée » sur l'une des fenêtres de la librairie.

     

    Image011.jpg

     

    Elle fut la marraine de la Génération Perdue, un courant littéraire qui désignait des auteurs américains de l'Entre-deux-Guerres expatriés à Paris.

     

    Image012.jpg

     

    Nom qui leur fut attribué par la poétesse, écrivaine, féministe, mécène et collectionneuse Gertrude Stein (1874-1946).

     

    Image013.jpg

    Portrait de Gertrude Stein dans son appartement, avant 1910, avec au mur son portrait peint par Pablo Picasso. Washington, Librairie du Congrès.

     

    Leurs plus illustres représentants étaient Francis Scott Fitzgerald (1896-1940), Ernest Hemingway (1899-1961), John Steinbeck (1902-1968) ou encore John Dos Passos (1896-1970). Cette génération au talent prolifique céda la place à la Beat Generation, un mouvement artistique, émanation de l'esprit bohème, qui vit le jour aux Etats-Unis en 1950.

     

    Le chef de file de cette Génération pleine d'intensité était Jack Kerouac (1922-1969), auteur du roman manifeste Sur la route, paru en 1957.

     

    Image014.jpg

    Jack Kerouac (crédit photo Tom Palumbo).

     

    Avec Kerouac, William Burroughs (Le festin nu), Allen Ginsberg (Howl) et bien d'autres, la créativité de ce mouvement s'articula autour du mythe des grands espaces, de la spiritualité de la Nature, de la quête de la liberté et de l'exploration de mondes « parallèles », sous l'emprise ou non de substances psychoactives.

     

    Aux racines de la libération sexuelle et du mode de vie décalé, déjanté, pétillant de la jeunesse des années 1960, la Beat Generation s'opposa au racisme, à l’homophobie et fit triompher des idées pacifistes et libertaires qui engendrèrent les mouvements contre la Guerre du Vietnam. Au Centre Pompidou, une très belle exposition vient de lui être consacrée.

     

    Image015.jpg

     

    Cet esprit libre et inventif est indissociable de l'histoire de « Shakespeare and Company » où l'on rencontre, devant les vitrines agréablement surannées ou le long des rangées de livres, des tumbleweeds, voyageurs d'un genre un peu particulier.

     

    Image016.jpg

    Tumbleweeds

     

    Humaniste et communiste au grand coeur, George Whitman, surnommé le « Don Quichotte du Quartier Latin », aimait accueillir des personnes pour une ou plusieurs nuits, en échange de deux heures de travail quotidien dans la librairie, de la lecture d'un livre et de l'écriture de leur biographie en une page. Sa fille, Sylvia Whitman, a repris le flambeau en 2001. Elle poursuit cette tradition et héberge des écrivains de passage.

     

    Image017.jpg

     Sylvia et Georges Whitman, dans leur appartement situé au-dessus de la librairie. Merveilleuse photo qui décrit la passion pour la lecture d'un papa et de sa petite fille...

     

    Les Whitman n'ont pas de lien de parenté avec Walt Whitman (1819-1892), l'un des maîtres de la poésie américaine du XIXe siècle, auteur d'un sublime recueil appelé Leaves of Grass (Feuilles d'Herbes) et dont le portrait est affiché sur l'un des murs extérieurs de la librairie.

     

    Image018.jpg

     Fin 2015, le célèbre bookstore a ouvert un café biologique d'où l'on bénéficie d'une vue imprenable sur Notre-Dame. Avec la chaotique année 2016 que j'ai vécu je n'ai pas eu l'occasion de m'y attabler mais je compte bien y faire un tour en 2017...

     

    Image019.jpg

     

    Je ne peux que vous encourager, si l'occasion se présente, à pousser les portes de ce lieu fascinant. Pour respecter la tranquillité des lecteurs, on ne peut pas prendre de photos à l'intérieur mais les images de la façade, maintes fois aperçues dans la série fantastique Highlander (dont je vous ai parlé dans mon article sur l'église Saint-Julien le Pauvre) doivent vous donner envie...

     

    En attendant notre prochaine promenade, je pense bien à vous et vous souhaite une excellente fin de semaine. Merci de votre fidélité, gros bisous et couvrez-vous bien !

     

    Image020.jpg

     

    Une de mes citations préférées de James Joyce issue d'Ulysse :

     « L'instinct, c'est comme cet oiseau qui mourait de soif et qui a pu boire l'eau de la cruche en jetant des cailloux dedans. »

     

    Image021.jpg

     

    Image022.jpg

     

    Photos prises avec mon téléphone portable, un peu floues mais qui restituent bien l'atmosphère agréable des lieux...

    Plume

    « Nouvelle année en poésieLa Fontaine des Haudriettes »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    43
    Jeudi 19 Janvier à 10:31

    coucou je t'envoie un mail se soir ...

    j'espère que chez toi tu restes au chaud?

     ici je sors les chiens d'en face le midi mais a partir de dimanche j'ai un chien chez moi, un vizsla , et là ça sera tôt le matin la première balade ! brrrr

    gros gros bisous et merci d'être là

    ça c'est la photo d'une amie qui est en Pologne , car ici pas de neige juste le froid

    https://lh6.googleusercontent.com/-l3aqmujhGDo/WIBBAR2MeKI/AAAAAAAAem8/phCkdOfLHg8eGw4RrtrnTKb57tS_m6f3ACL0B/w716-h457-no/bf19b7826b.jpeg

    42
    Jeudi 19 Janvier à 10:03

    la création du jour

    Bonjour Cendrine, merci de ton passage sur mon blog...Je vois que tu connais bien les bastides..

    Bon jeudi, gros bisous

    41
    Jeudi 19 Janvier à 08:56

    Très bel article, solidement documenté. Je suis souvent passé devant cette librairie sans jamais m'arrêter. La prochaine fois, je me souviendrai de cet article et ouvrirai la porte.

     

    40
    Jeudi 19 Janvier à 04:44

    Bonjour Cendrine,

    Encore une nuit bien courte, je tousse tellement que je me suis levée, mes grands partent tôt le matin, je ne vais pas les réveiller, alors me voilà debout. Un petit thé au citron (mon préféré) et je vais essayer de me recoucher un peu. Que j'en ai marre de cet hiver, et il parait que le grand froid arrive, faut trouvé un moyen pour hiberner jusqu'au printemps mdr ! Je n'aime pas l'hiver, et je n'aime pas l'été. en fait je redoute les grands froids et les grosses chaleurs. J'aime le printemps, le renouveau, la naissance des petites fleurs, des oiseaux et l'automne. En automne il fait encore chaud souvent et l'atmosphère n'est plus la même, les couleurs, la lumière ont un petit côté mystérieux. 

    Et toi comment vas tu ? ton rendez-vous ? Je me dis qu'il y a bien un médecin qui va trouver un jour un protocole qui va te soulager, faut y croire.

    Contente de t'avoir trouvé sur Facebook. Tu sais moi j'y suis parce que mes enfants y sont. 

    Passe une bonne fin de nuit, un bon jeudi, je t'embrasse bien fort, Véronique

    Résultat d’images pour belles peintures femmes au livres

    39
    Mercredi 18 Janvier à 12:31

    coucou oui ton comms est passé , j'espère que le mien aussi ....

     je vois que la France devient comme la Belgique pour les connexions!

    courage

    je te souhaite un bon après midi

     ici beau ciel clair et il gèle ... mais c'est enfin une météo normale pour janvier!

     gros bisous et a demain

    38
    Mercredi 18 Janvier à 10:05

    la création du jour

    Bonjour Cendrine, un petit coucou pour te déposer cette peinture qui devrait te plaire ..

    Bon mercredi, gros bisous

    37
    Mardi 17 Janvier à 21:06

    Bonsoir ma Cendrine, merci pour tes bisous bien chauds, on en a bien besoin ces jours-ci.

    Merci pour ton gentil passage, je suis fatiguée ce soir donc je fais vite, pour aller me lover dans mon douillet petit lit, demain je me lève tôt. Il fait brrr chaque jour un peu plus, beurkk !
    Je pense bien à toi et j'espère que tout va bien.
    Prends soin de toi, douce soirée suivie d'une nuit reposante.
    Lolli

    36
    Mardi 17 Janvier à 19:32

    Bonsoir,

    Merci pour votre commentaire. Oui évidement lorsque je dis que les femmes devraient porter des robes, il est évident qu'il ne s'agit pas qu'elles s'habillent avec des jupes courtes. Il existe des robes légères et longues pour porter en été, et des robes longues et chaudes pour l'hiver! J'ai déjà entendu parler dans des émissions de radios ou de télévision que dans les transports en commun comme le métro par exemple il y avait effectivement des comportement disons plutôt curieux, ils appellent ça en langage élégant "des frotteurs"! D'un autre côté il y a aussi les extrêmes lorsque des femme arabes s'habillent limite comme des cosmonautes, "ça c'est pour faire un peu d'humour" mais c'est néanmoins aussi une réalité. Dans les années soixante et les années antérieur à cette époque les gens étaient équilibrés dans leurs attitudes, mais bon par contre certaines femmes étaient malheureuses car leurs maris étaient tyrannique, c'est une bonne chose que cela ait changé, mais bon la encore on a basculé dans l’extrême car certaines femmes se comportent n'importe comment en étant infidèles entre autre chose, lorsque l'on analyse "l'évolution" de la société, je dirais plutôt la régression on constate que tout se détériore au niveau des relations humaines, nous vivons dans une société qui se prétend civilisées mais en réalité je pense que beaucoup de gens qui vivent très simplement dans des régions reculées de la planète et qui sont considérés comme des sauvages par notre société dite moderne pourraient amplement nous donner des leçons de civisme voir de moralité! En ce qui me concerne, pour mesurer l'état de dépravation de notre société je regarde tout simplement les publicités à la télévision, et lorsqu'on les regarde très attentivement on devine ce qu'elles cachent comme message et l'ambiance générale qu'elles dégagent et cela sans tenir compte en particulier des produits qu'elles présentent. Lorsque j'étais enfant je regardais énormément les publicités, je retenais ça encore mieux que mes devoirs, et au fil du temps et des années je vois en quelque sorte l'évolution si toutefois on peut parler d'évolution, et je ne parle même pas des pubs radios qui sont encore plus parlantes si j'ose m'exprimer ainsi...! Pour répondre à votre question, non ça va je n'ai pas froid car en fait plus il fait froid à l'extérieur et plus le chauffage est élevé, il y a un système de sonde qui a été réglé évidement par la société d'hlm, mais bon lorsqu'il ne fait pas trop froid dehors, eh bien là par contre je suis certaines fois obligé de mettre un radiateur d'appoint et particulièrement lorsque je fais sécher mon linge car cela crée de l'humidité dans mon appartement. Par contre dehors cet après-midi il faisait 6 degrés. Je vous souhaite une bonne fin de soirée, et merci pour votre sincère et fidèle amitié.

    35
    Mardi 17 Janvier à 14:41

    coucou avec un beau ciel bleu , évidemment cette fois il gèle mais avec un ciel claire ça va ,  pas de neige ...

    ça va tuer les microbes ...bon les sdf aussi ... j'ai donné des pommes et des couvertures à deux hommes  qui dorment dans le parc ou je sors les chiens, je ne sais pas les loger ...

    l'état devraient le faire , mais ils sont belges ...

    pas venus d'un pays en guerre donc pas prioritaire pour un logement

    je ne comprends plus rien a ce monde ... mais bon je vais pas changer le système

    ça me rend juste révoltée ou triste , tout le monde s'en fout ...

    a demain

    34
    Mardi 17 Janvier à 14:33

    Quelle érudition! j'ai trouvé ton article passionnant. Moi, pauvre ignorante je ne connais pas cet ouvrage mais cette vive critique me donne envie de le lire ; je vais chercher à la médiathèque, pas sûr que je le trouve.

    Bonne journée. Bises

    Jackie

    33
    Mardi 17 Janvier à 10:05

    la création du jour

    Bonjour Cendrine, le froid arrive sur la côte, il faisait 0° à huit heures..

    Bonne journée, gros bisous

    32
    Mardi 17 Janvier à 06:12

    J'aime bien cette librairie...  J'adore son côté vintage ... Même s'il n'y avait que des ouvrages en anglais , c'est un coin que je fréquenterais si j'habitais Paris.

    Joli sujet ...Bravo 

    Douce journée CENDRINE

    Bisous

    timilo

     

    31
    Mardi 17 Janvier à 01:13

    Bonjour Cendrine,

    Oui je pense que tu as raison au sujet de Marylin Monroe, parfois on colle une étiquette à une personne, et la personne n'est pas du tout comme ça, et la personne souffre qu'on pense ça d'elle.

    On ne peut pas faire taire les mauvaises langues et les rumeurs. J'ai vu un film qui retraçait la vie de Marylin, elle n'avait pas eu une vie facile la pauvre. En tout cas elle plaisait aux hommes et je la trouvais bien jolie.

    Sa disparition ne sera jamais élucidée : Meurtre ou suicide ? on ne le saura sans doute jamais. 

    As tu passé un bon lundi ? peut-être es tu sortie un peu ? je trouve qu'il fait bon, j'avais mis mon bonnet (ben oui maintenant que j'ai la coupe ras-le-bol, faut bien que je me couvre mdr), mon écharpe et ma doudoune ben j'avais trop chaud. Il fait moins froid à Paris qu'à Rambouillet. 

    Je te souhaite une bonne nuit et un bon mardi. Prends soin de toi, je t'embrasse Véronique

      J'aime bien cette photo de Marylin 

    Résultat d’images pour marilyn monroe photos naturelles

     

    30
    Lundi 16 Janvier à 17:15
    Framboise à  Pornic

    j'aime les livres certes mais pas suffisamment pour entrer dans ce genre d'endroit, je ne lis pas assez hélas

    mais j'aurais eu un prof comme toi, j'aurais été très très inspirée par les livres

    j'avoue ne pas connaitre assez d'auteurs alors je me noie dans ce genre d'endroit

    Excellent billet comme d'habitude, toujours riche en anecdotes,  Bravo Cendrine , tu sais intéresser tes lecteurs

    bisous bisous

    29
    Lundi 16 Janvier à 12:40

    coucou avec une météo toujours humide

    mais il annonce une vague de froid et donc du gel .... ,

    j'ai assez de bois ça ira ....

    là le ciel est mitigé , mi - janvier deja le temps passe vite!

    gros bisous et douce semaine

    28
    Lundi 16 Janvier à 10:25

    la création du jour

    Bonjour Cendrine, pas de grosses gelées chez nous, le thermomètre affiche encore 3°...

    Bonne journée, gros bisous 

    27
    Lundi 16 Janvier à 09:37

    Coucou ma Cendrine, reste bien sous ton plaid.

    Merci pour le partage très agréable. Ah je n'aurais pas pensé que Marylin Monroe puisse s'intéresser à la lecture d'Ulysse.sarcastic

    J'espère que tu as passé un bon week end.
    Que par chez toi ça va. Nous neige et verglas vont
    faire notre quotidien. Les routes sont bien dégagées, sauf certaines départementales qui elles ont du verglas caché. Le plus froid reste à
    venir, prudence sur nos routes, il y a déjà des voitures dans les fossés.
    Je te souhaite une bonne semaine. Un café pour se réchauffer.
    Ma route n'est pas déneigée...
    Prends soin de toi.
    Lolli

    26
    Dimanche 15 Janvier à 19:30

    Bonsoir Cendrine,

    Aujourd'hui ça été une journée relax, bon ce matin je suis allée chez ma coiffeuse, Stella, elle est ouverte le dimanche matin. Je me suis fait une coupe "Ras-le-bol" comme disait ma mère mdr ! mes cheveux poussent trop vite et ça me fatigue de les coiffer. Là je suis tranquille pour un bon moment. J'ai voulu sortir un peu ensuite, mais bon vu le temps je suis restée à la maison. 

    Je me demande si je ne vais pas me commander ce livre "Ulysse". Tu vas me trouver un peu méchante, mais la première fois que j'ai lu ton article, j'ai été surprise de voir Marylin Monroe entrain de lire un aussi "gros" livre, elle avait quand même un réputation de "bébête". Comme quoi ... 

    Je te souhaite une très bonne soirée, prends soin de toi, je t'embrasse Véronique

    Résultat d’images pour Peintures jeunes femmes livres

    25
    Dimanche 15 Janvier à 18:05

    Tu as l'Art de faire de très intéressants articles, celui-ci en est un, merci beaucoup.

    J'écris ce commentaire avec la neige qui tombe en abondance sur ma campagne. Si cela continue ainsi toute la nuit, demain nous allons en avoir une certaine épaisseur.

    Prends soin de toi chère Cendrine - doux bisous

    Lili

     

    24
    Dimanche 15 Janvier à 13:41

    coucou et bon dimanche

     la météo? de la pluie humide ici pas de gel ni neige mais dans les Ardennes les pistes de ski sont ouvertes , il y a 30 cm ....

    bisous en poésie pour un dimanche en douceur

     

    Les hiboux

    Ce sont les mères des hiboux

    Qui désiraient chercher les poux

    De leurs enfants, leurs petits choux,

    En les tenant sur les genoux.

    Leurs yeux d’or valent des bijoux,

    Leur bec est dur comme cailloux,

    Ils sont doux comme des joujoux,

    Mais aux hiboux point de genoux !

    Votre histoire se passait où ?

    Chez les Zoulous ? Les Andalous ?

    Ou dans la cabane bambou ?

    A Moscou ? Ou à Tombouctou ?

    En Anjou ou dans le Poitou ?

    Au Pérou ou chez les Mandchous ?

    Hou ! Hou !

    Pas du tout, c’était chez les fous.

     

    23
    Dimanche 15 Janvier à 09:05

    la création du jour

    Bon dimanche Cendrine, gros bisous

    22
    Dimanche 15 Janvier à 04:28

    Librairie mythique de Paris. Je l'ai vu des centaines de fois, pris en photo presque autant ..... mais je n'ai jamais osé pousser la porte ! grâce à ton article je pense que la prochaine fois sera la bonne. Nous profiterons également du point de vue que tu signales en sirotant un café.

    gros bisous

    gérard

     

    21
    Samedi 14 Janvier à 23:15

    C'est l'une des librairies préférées de ma fille parisienne, qui m'a même offert le livre de Sylvia Beach qui s'intitule "Shakespeare and company".

    Mais moi qui ne vais que rarement à Paris, je dois avouer que je n'y suis jamais entrée.

    Cette année, peut-être, grâce à ton article ?

     

    20
    Samedi 14 Janvier à 17:43

    et bien moi je ne connais pas cette librairie mais vu que j'adore les livres surtout les vieux j'y serais comme un coq en pâte!

    Kérouac un bel homme .... :)

    je te souhaite un doux we , la nuit passée et ce matin une fois de la neige fondante une fois de la pluie! on patauge dans les grandes flaques d'eau , beaucoup d'égouts bouchés en rue , du coup faut faire gaffe aux voitures qui roulent dedans , si on est a pied ... , ceux en bagnoles ce fichent de vous éclaboussés ....


    gros bisous et a demain


    19
    Samedi 14 Janvier à 12:35

    très intéressant ton article Cendrine avec ces anciennes photos que j'aime bien, je viens d'avoir un gros rhume donc j'ai moins fait d'ordinateur mais il annonce du froid j'espère que sa vas tuer les microbes,je te souhaite un très bon Samedi,bises

    18
    Samedi 14 Janvier à 10:51

    la création du jour

    Bonjour Cendrine, je te souhaite de passer un bon samedi.

    Bons baisers

    17
    Samedi 14 Janvier à 10:51

    Bonjour ma chère Cendrine,

    Un billet de toi  est toujours un bonheur, celui ci est vraiment un immense plaisir de lecture. Que de recherches  pour nous faire connaitre  cette superbe et étonnante librairie. Les explications claires sont absolument passionnantes et les illustrations magnifiques.  Je suis encore très en retard pour ma visite et mon commentaire, j'ai toujours un sérieux problème de réceptions de news.

    BRAVO ! et à très bientôt j'espère.Je t'embrasse très amicalement.

    Henri.

    16
    Samedi 14 Janvier à 04:14

    Bonjour Cendrine,

    Une liseuse ? quelle horreur, c'est froid, pas d'émotions ! un livre, c'est vrai, j'aime sentir le papier sous mes doigts et puis comme ça sent bon ! J'ai un livre "L'auberge de l'ange gardien" qui date de 1925, avec une inscription dessus "A mon petit-fils, papy qui t'aime" je l'ai acheté sur les quais. Tu vois ce livre a une histoire en plus de celle qu'il raconte. C'est émouvant ... Une liseuse n'a pas d'histoire. 

    Le soir à la maison, je rigole toute seule, ma fille Yaël et ma fille Aline sont dans leur lit en train de lire, mes fils Yoni et Samuel dans leur chambre lisent aussi ah ça fait plaisir, car j'ai réussi à leur transmettre le goût de la lecture. J'ai appris à lire à Sarah, ça a pris pas mal de temps, mais elle sait lire, tu ne peux pas savoir comme je suis contente. Je lui achète de petits livres, pas trop gros et je l'ai inscrite à la bibliothèque de Rambouillet, un samedi sur deux, elle rapporte ses livres et elle en choisi deux autres. Les pédos machins trucs bidules qui s'occupaient de Sarah, me disaient que Sarah ne saurait jamais lire ! pffffff je n'ai jamais eu confiance en ces personnes. Avec leurs diplômes ils s'imaginent qu'ils savent tout sur tout. Moi Sarah je l'ai mise au monde, quand on m'a annoncé son handicap, personne n'est venue me dire, Madame on va vous aider moralement, ou alors rencontrer d'autres parents d'enfants comme Sarah. Non rien, prends ça "dans la gueule" et débrouille toi ! Je connais ma fille et elle est très intelligente, elle a beaucoup d'humour mais faut de la patience, c'est plus long voilà tout. 

    Je me suis aperçue que Sarah savait lire dans le métro. Elle lisait une à une les stations, au début je me disais "elle connait le trajet par coeur" mais un jour on a pris une autre ligne et là elle lisait également le nom des stations, alors je me suis dis "elle sait lire". Je n'ai rien dit devant elle, car il suffit que je lui dise "Tu sais lire" ? pour qu'elle arrête, ça fait partie des troubles de l'autisme, ne pas montrer ce qu'elle sait faire. 

    Une fois elle m'a épatée. On devait se rendre au Parc Floral, c'était en 2012 je crois. Il faisait moche, froid et je sortais d'une mauvaise grippe. A la station "Château de Vincennes" nous sortons et là je cherche le Parc Floral, avant j'y allais en voiture, c'était la première fois que j'y allais par le métro, alors je cherchais quand Sarah me désigne un panneau "Parc Floral" c'est par là maman ! tu ne peux pas savoir comme j'étais fière d'elle. 

    Je te souhaite une bonne fin de nuit, Sarah dort, je vais y aller aussi ... Passe un bon samedi, grosses bises, Véronique

    Résultat d’images pour Peintures d'enfants en train de lire

    15
    Vendredi 13 Janvier à 21:52

    Bonsoir,

    Merci pour votre commentaire. Oui j'ai deux ou trois ulcères à l'estomac, mais bon je prends de l'Inexium 20 mg, j'avais commencé par du 40 mg, et lorsque les symptômes avaient disparus j'avais complètement arrêté le traitement, mais bon sentant les symptômes réapparaître maintenant je prends en quelque sorte un traitement d'entretien Inexium 20 un par jour. Mais bon si mes ulcères ont pu êtr détecté c'est comme toujours parce que j'avais des doutes et que j'ai demandé à mon médecin une gastroscopie qui a révélé le problème. j'ai la chance d'avoir un médecin qui sait que lorsque je lui demande quelque chose c'est vraiment que c'est justifié. J'ai la chance aussi qu'il accepte que je refuse les génériques, il sait que j'ai étudié le sujet et il est d'accord avec moi à ce sujet, mais bon pour les patients qui ne sont pas informés il leur donne des génériques malheureusement je le sais, disont qu'il me fait en quelque sorte des faveurs probablement parce qu'il connait bien mon lourd passé médical et aussi parce que j'ai d'autres soucis de santé en plus de ma malformation congénitale l'hermaphrodisme vrai. J'en ai tellement marre de cette vie de solitude car n'ayant pas le moral ça n'a franchement rien d'étonnant que je fabrique des ulcères, au niveau de l'alimentation je fais extrêmement attention, donc ça provient probablement uniquement du stress. En parlant de santé, j'espère qu'en ce qui vous concerne ça va à peu près, je me doute bien que ça ne peut pas être excellent, il y a de nombreuses injustices dans la vie, mais bon être né avec quelque chose de rare, "et je sais de quoi je parle" c'est vraiment pénible, mais bon en ce qui me concerne j'ai "la chance" de ne pas souffrir physiquement, mais bon moralement c'est certaines fois pénible, un handicap comme le mien ça condamne à vivre seul, aucune femme n'accepterait de vivre avec un homme qui ne peut pas lui donner ce qu'un homme constitué normalement peut lui donner, les sentiments la gentillesse ainsi que l'attention ça ne suffit pas malheureusement et en plus être modeste financièrement ça n'arrange rien non plus. Je viens de parcourir votre article et franchement j'aurais mieux aimé vivre à l'époque où ont été prise certaines des photographies que je vois dans votre article, car les gens se parlaient bien plus qu'à notre époque et la société était certainement meilleure, et je constate également que les femmes s'habillaient en femme et non en homme comme c'est le cas à notre époque, la plupart des femmes sont habillés en pantalon, il n'y a rien de féminin dans ce style d'habillement, enfin bref...! lorsque l'on regarde des photos des années 1900, les femmes portent des longues robes superbes j'ai vu cela sur des livres de photographies anciennes. Bon il est pratiquement 22 heures et je n'ai pas encore dîner, donc je vais vous souhaiter une bonne fin de soirée, et merci pour votre sincère et fidèle amitié.

    14
    Vendredi 13 Janvier à 19:44
    cathycat

    Je suis passée nombre de fois devant cette librairie mais n'ai jamais osé pousser la porte... j'aurais dû connaître la citation de James Joyce plus tôt. Une véritable caverne d'Ali Baba littéraire... et quelle jolie façade... Bisous et prends bien soin de toi.

    13
    Vendredi 13 Janvier à 17:16
    Véronique S.

    Cendrine , mon Amie ,

    Je me suis promise qu'un jour, lorsque je descendrai à la Capitale , je pousserai la porte de cette librairie rien que pour y respirer l'atmosphère , rien que pour m'imprégner de l'aura laissée par ces illustres propriétaires , visiteurs et acheteurs , des effluves de livres anciens chatouillant les narines et du silence quasi monacal qui doit régner en ce lieu silence entrecoupé par le grincement des marches d'escalier et foulé les dalles de tomette rouge basculant sous mes pas et je me demanderai si Mary Poppins ou Harry Potter ne sont pas passés par là car dans cet antre dédié aux amoureux des livres , la magie règne , il ne peut en être autrement .

    Par chez moi, un café littéraire m'accueille de temps en temps . J'y bois un thé et installée dans un vieux fauteuil crapaud de velours bleu , je commence le roman emprunté quelques minutes plus tôt à la médiathèque . Une conversation s'engage parfois . Instant suspendu au temps avant de replonger dans le brouhaha du quotidien et je me dis que décidément les livres ont un pouvoir apaisant et magique . Il ne suffit pas toujours de les lire entièrement , il suffit juste parfois de les ouvrir , d'en lire quelques lignes , de plonger dedans et de s'évader sur l'onde de ces quelques phrases .

    Ton article est remarquable , comme un livre ouvert , j'y suis entrée et je me suis laissé transporter dans cet univers d'un autre temps , un univers où le temps n'a pas d'emprise , un lieu sacré où le livre règne en maître .

    Merci ma Petite Fée pour cette pause lecture que seul ton savoir pouvait illuminer .

    Merci aussi pour tes mots déposés sur ma page . Ce sont des petites étincelles qui scintillent .

    Je te souhaite une douce fin de semaine . La fée des neiges pourrait nous offrir sa magie. Comme elle, j'aimerais me lover dans ce plumage duveté qu'elle aura déposé sur la Mère et me rouler en elle comme l'herbe fleurie de juin . Chaque flocon est un petit bijou de géométrie étoilée et cristalline . Elle est semeuse d'immaculé et sous son manteau attendri , elle garde à l'abri de la rudesse du temps tout ce petit monde en dormance qui s'éveillera aux prémices du printemps prochain , quand les flocons fondus pénétreront doucement, goutte à goutte dans la terre encore engourdie . Elle est de silence car elle aimes les ambiance murmurées et apaisées . Elle est si froide au toucher mais si chaude à regarder . C'est pour cela mon amie que nous aimons tant la contempler . C'est comme si elle "revirginisais" la terre après les exubérances de l'été et les flétrissures de l'automne . 

    Les perce neige commencent à fleurir au jardin . C'est à toi que je pense en les voyant .

    Je t'embrasse de toute mon affection

    Véronique

     

    12
    Vendredi 13 Janvier à 12:24
    FéeLaure♥

    Un magnifique billet comme tu sais si bien les rédiger. J'aime beaucoup les reflets dans les vitrines, les photos de nuit, merci pour ce beau partage Cendrine

    Prends soin de toi, douce fin de semaine et plein de bisous

    11
    Vendredi 13 Janvier à 10:03

    Merci Cendrine pour cet article si complet en écrits et photos sur cette librairie. Je suis surprise qu'elle soit restée intacte malgré les guerres, les années ...
    Tu m'apprends beaucoup sur ces personnages littéraires célèbres. Tu le sais, j'ai arrêté mes études tôt et travaillé comme beaucoup dans le secrétariat après avoir appris la sténo-dactylo ! Mais il n'est jamais trop tard pour apprendre.

    Un article qui aidera beaucoup d'étudiants. Grâce aux "images" de Google, ils ouvrent ton blog et sont enchantés de ce qu'ils découvrent.
    Les miens d'étudiants m'écrivent en privé, ils en apprennent sur Amiens qui les accueille pour leurs longues études et me demandent des photos pour illustrer leurs thèses.

    Il faut se couvrir, le grand froid est annoncé après la tempête d'hier soir et cette nuit.

    Gros bisous

    10
    Vendredi 13 Janvier à 09:53

    Et le Belge amoureux d'un Paris littéraire et historique reconnaît parfaitement cette devanture de librairie dont, curieux, j'ai déjà poussé la porte : je reconnais bien évidemment aussi cette fontaine qui "l'annonce" de loin !! L'endroit, quelque peu mythique,  - dont j'ignorais tout de son passé, merci Cendrine -, s'invite sur le chemin que j'emprunte quand, quittant pour un temps long les bouquinistes des quais de Seine, je bifurque pour aller m'enfouir dans le sein de l'incontournable (pour ce qui me concerne) librairie égyptologique Cybele ... sur laquelle aussi, dernièrement, vous avez ici porté l'éclairage.

     

    Merci à vous pour les évocations de Joyce, de Kerouac, de Ginsberg qui me passionnèrent à la fin de l'adolescence - mon exemplaire d' "Ulysse", en poche, je viens de vérifier, date de 1968 : j'avais 20 ans !

    Je ne l'ai plus repris depuis ...

     

    Qu'il me plairait de venir à Paris visiter l'exposition au Centre Pompidou !!

     

    Portez-vous bien.

    Amitiés,

    Richard

    9
    Vendredi 13 Janvier à 09:44

    la création du jour

    Bonjour Cendrine, merci pour ce bel article, j'ai pourtant habiter Paris jusqu'en 1972,

    et je ne connaissais pas cette librairie, ni le livre (il ne me plairait à lire)..

    Une histoire vraiment intéressante... 

    Bonne journée, gros bisous

    8
    Vendredi 13 Janvier à 07:13

    Un lieu mythique de Paris qu'on ne peut manquer. Un haut lieu ou l'intellectuel et le cœur sont en harmonie. C'est avec ce genre de valeur que j'ai été éduquée. Par contre Ulysse m'est tombé des mains. J'avais 16 ou 17 ans, ceci explique peut-être cela ! Gros bisous

    7
    Vendredi 13 Janvier à 04:27

    Bonjour Cendrine,

    Combien de fois je suis passée devant cette librairie sans avoir poussé la porte. Pourtant rien qu'à voir la devanture on a envie d'en savoir plus. Grâce à toi je connais désormais l'histoire de ce lieu ... et j'ai envie d'y entrer !! 

    J'aime les livres, mes parents étaient des gens qui lisaient beaucoup et qui ne supportaient pas de voir les gens faire des cornes comme marque-page ou écrire ou souligner des lignes, pour eux c'était un "manque de respect". Chez moi j'ai des livres un peu partout, hors de question que je les donne ... ou que je les prête !!

    Moi aussi le vent m'a réveillé, ça soufflait dur hein ? là ça s'est calmé. 

    Donc tu as annulé ton rendez-vous à cause de problèmes sur le RER, c'est souvent en ce moment, c'est incroyable ça ! 

    Passe une bonne journée, prends soin de toi, je t'embrasse Véronique

     Résultat d’images pour Peintures femmes livre

    6
    Jeudi 12 Janvier à 22:16

    Bonsoir Cendrine, 

    Merci de m'avoir emmenée fureter dans cette librairie attachante, dans les pas de la Génération Perdue ; en lisant ton billet, j'ai eu l'impression de traverser le temps, comme dans le film MINUIT À PARIS de Woody Allen ^^

    Quant à Ulysse, j'en ai lu un passage... et je me suis arrêtée. Un jour peut-être...

    Je t'embrasse et j'espère que tu pourras bientôt aller t’attabler au petit café yes

    5
    Jeudi 12 Janvier à 21:51

    Coucou ma p'tite Cendrine.

    Un billet très riche en histoires et témoignages. Bravo, tout simplement bravo. Tu excelles dans ce type de billet et nous apprends tellement de choses. Merci ma douce amie.

    Tempête en Ille et Vilaine comme te le disait Talant, ma très chère voisine. La température descend à la vitesse grand V, je crains pour les jours à venir. Reste bien au chaud chez toi ma bichette. De gros bisous et une douce soirée en compagnie de ton Christophe que je salue bien.

    4
    Jeudi 12 Janvier à 20:38

    Merci pour cette richesse artistique, chère Cendrine. Tu fais un très beau travail que j'apprécie fort. 

    Fais bien attention en sortant car Météo-France annonce du mauvais temps. Comme tu dis, vaut mieux rester chez soi autour d'une tasse de thé, au chaud.

    Bonne soirée et portes-toi bien.

    Je t'embrasse,

    Tahar

    3
    Promeneur75
    Jeudi 12 Janvier à 20:28

    Paris reste fascinant et vous savez tellement bien en parler. Bon soyons honnête cet ouvrage n'est pas spécialement ma tasse de thé même si je ne peux nier le talent de l'auteur; Néanmoins, il m'arrive souvent de passer par là et désormais je ne regarderai pas cet endroit sous le même oeil. Pour moi, et vous y faites allusion, ces lieux sont marqués par la série Highlander .

     

    2
    Jeudi 12 Janvier à 20:18

    Coucou Cendrine 

    Alors là je me sentirais trop bien ..un lieu chargé d' histoire et pleins de livres ...que du bonheur 

    Je ne connais pas ce livre non plus ..

    Merci pour tes recherches toujours passionnantes !!

    On va souhaiter une longue vie à cet endroit mythique 

    Gros bisousCendrine

     

    1
    Jeudi 12 Janvier à 20:08
    jill bill

    Bonsoir Cendrine...  Ce bouquin de 1000 pages, une brique comme on dit que je découvre... des librairies du genre j'en ai pas dans mon bled,  j'adore la citation de James Joyce, survivre c'est cela... l'idée qui vous empêche de mourir ! Merci pour le tout... eh oui 2106 on sortait certes mais.... douce soirée, bises de jill

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :